Cameroun

Rapport de situation

Faits saillants

  • Rapport de situation de la région de l'Extrême-Nord (1-31 mars).
  • 23 écoles parmi les 26 qui étaient fermées du fait du conflit intercommunautaire dans le Logone et chari ont été réouvertes.
  • Une femme et son enfant ont été blessés lors de l’explosion d’un engin explosif improvisé (EEI) à Sagmé, dans l’arrondissement de Fotokol.
  • 400 979 élèves dont 35 671 devant passer le certificat d’études primaires (CEP), se trouvent sans actes de naissance.
  • Quatre jeunes enlevés en 2017 dans la localité de Ldaozaft, dans le département du Mayo-Tsanaga, sont sortis de captivité.
Carte de la région de l’Extrême-Nord
Source: OCHA Les limites et les noms indiqués et les désignations utilisées sur cette carte n'impliquent pas l'approbation ou l'acceptation officielle par les Nations Unies

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation

Chiffres clés

1,2M
Personnes dans le besoin
764K
Personnes ciblées
377K
Personnes déplacées internes
71K
Réfugiés dans les camps
47K
Réfugiés hors des camps
130K
Personnes retournées

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation

Financement

$361.6M
Requis
$195.6M
Reçu
54%
Progrès
FTS

URL:

Téléchargé le:

Contacts

Karen Perrin

Head of Office

Claude Mululu

Chef du Sous-Bureau Maroua

Bibiane Mouangue

Chargée de l'Information Publique

Ariane Maixandeau

Chargée de l'information publique

Cameroun

Rapport de situation
Contexte

Contexte humanitaire

La situation est restée précaire le long de la frontière avec le Nigéria en raison de la persistance des activités de groupes armés non-étatiques (GANE). Des incursions des GANE ont continué d’être enregistrées dans plusieurs localités des départements du Logone et Chari, du Mayo-Sava et du Mayo-Tsanaga, se soldant souvent par des morts et blessés parmi la population civile, des pillages et destructions de biens. Des attaques d’éléments présumés des GANE contre les postes des forces de défense et de sécurité ont également continué d’être rapportées. Vers la fin du mois de mars, des sources locales ont fait état du lancement d’opérations militaires dans la zone frontalière entre le Cameroun et le Nigéria, lesquelles auraient conduit à la reddition de plus de 200 personnes, en majorité des femmes et des enfants associés aux GANE. L’insécurité engendrée par cette situation a parfois contraint les acteurs humanitaires à suspendre momentanément leurs mouvements vers les localités comme Fotokol et Hilé Alifa dans le Logone et Chari, Amchidé et Limani dans le Mayo-Sava, ou encore Tourou dans le Mayo-Tsanaga.

Après environ un mois de détention, les cinq agents humanitaires qui avaient été enlevés par des hommes armés à Fotokol, dans le Logone et Chari, le 24 février 2022, ont été libérés vers la fin du mois de mars au Nigéria.

En prélude à la prochaine saison de pluies, escomptée entre fin avril et début mai, les acteurs humanitaires de Maroua ont procédé à la réactivation de la cellule de préparation aux inondations. Dans le cadre de cette cellule, les acteurs humanitaires de la région entendent mieux coordonner leurs actions visant à appuyer les autorités dans la préparation de la réponse aux éventuelles inondations.

Le groupe de travail Nexus du Cameroun, en concertation avec les membres de ce groupe à l’Extrême Nord, a ajouté la commune de Logone Birni aux cinq autres communes de la région de l’Extrême-Nord, précédemment retenues comme prioritaires pour l’opérationnalisation de l’approche Nexus humanitaire, développement et paix. Cette décision vise à maximiser l’impact des différentes interventions dans cette commune qui fait face à d’importants besoins humanitaires consécutifs aux violences intercommunautaires d’août et de décembre 2021. Dans cette perspective, des concertations ont été entreprises entre les acteurs intervenant dans ladite commune en vue de l’élaboration d’un plan d’action conjoint.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
EN Maroua COVID-19 lavage des mains a l eau courante et au savon dispositif de lavage des mains mis en place par UNICEF
Maroua, Extrême Nord UNICEF a mis en place des dispositifs de lavage des mains pour les élèves en prévention de la COVID-19 Credit: UNICEF

Education

À la suite des mouvements de retour observés, 23 écoles parmi les 26 écoles fermées en raison du conflit intercommunautaire dans le Logone et Chari ont été réouvertes. Ces écoles réouvertes devraient pouvoir permettre d’accueillir 8 364 enfants (3 414 filles). La reprise effective des activités éducatives suit le rythme des flux de populations.

En réponse à la crise intercommunautaire au Logone Birni, les partenaires ont soutenu le renforcement des capacités de 36 enseignants (12 femmes) encadrant 807 enfants (408 filles) dont 217 enfants déplacés internes dans 18 écoles d’accueil des arrondissements de Bogo, Maroua 1 et Pette dans le département du Diamaré.

Concernant la crise sécuritaire et l’épidémie de COVID-19, 1 000 enfants (436 filles), dont 580 enfants déplacés et 18 enseignants (2 femmes) ont bénéficié d’intrants scolaires et didactiques dans les localités de Mora et de Kolofata. Les partenaires ont également distribué du matériel de prévention contre la COVID-19 à 139 enfants (63 filles), dont 45 personnes déplacées internes (PDI) dans les arrondissements de Koza, Mogode et Mora.

En préparation à la réponse aux inondations, les partenaires ont distribué du matériel d’hygiène et et de prévention à la COVID-19 à 67 455 élèves (28 328 filles) dans les arrondissements de Gobo, Kai Kai, Velé et Zina dans les départements du mayo-Danay et Logone et Chari.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
crédit: MSF
crédit: MSF

Santé

Les partenaires ont déployé des cliniques mobiles qui ont pris en charge 1 377 personnes, dont 842 PDI dans les districts sanitaires (DS) de Mora, Pette et Bogo dans les départements du Mayo-Sava et du Diamaré. Les partenaires ont également doté les DS de Mora, notamment à Aissa-Hardé, Kossa et Waza en médicaments pour la prise en charge gratuite des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans, des enfants vivant avec un handicap et des personnes âgées de plus de 50 ans. En outre, 566 enfants de moins de 5 ans ont bénéficié d’une consultation et d’une prise en charge gratuite par les agents de santé communautaire (ASC) polyvalents.

Dans le cadre des activités de santé mentale et de soutien psychosocial (MHPSS), les partenaires ont mené des activités de sensibilisation communautaire portant sur l’hygiène de vie et le bien-être psychosocial. Les partenaires ont sensibilisé 325 personnes dans les localités de Maroua, Mora et Minawao, apporté un suivi psychologique individuel et de groupe à 495 personnes en détresse psychologique dans les localités de Mora, Minawao, Koza, Bogo et Pette. Par ailleurs, 89 personnes ont été formées sur les premiers secours psychologiques et les interventions pour les problèmes de consommation d’alcool et de substances addictives, ainsi que sur la lutte contre l’addiction à Maroua, Mora et Koza.

La pénurie à la banque de sang de l’hôpital régional de Maroua, l’accessibilité difficile dans certaines zones du fait de l’insécurité, et la baisse de financements sont les principales difficultés auxquelles font face les partenaires du secteur.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence

Nutrition

Les partenaires continuent de soutenir la délégation régionale de la santé publique (DRSP) dans la mise en œuvre des activités de prévention et de prise en charge de la malnutrition. Ainsi, plus de 2 600 enfants de moins de 5 ans (1 574 filles) ont été identifiés sévèrement malnutris. Près de 46 000 enfants de 6-59 mois ont été dépistés, parmi lesquels 249 enfants avec malnutrition aigüe sévère ont été référés dans les formations sanitaires (FOSA) pour prise en charge et 1 167 enfants avec malnutrition aigüe modérée référés aux groupes de soutien à l’Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant (ANJE).

Dans le camp de Minawao, 178 tuteurs d’enfants ont bénéficié de la mesure du périmètre brachial (PB) pour le dépistage de la malnutrition aigüe. Dans les DS de Goulfey, Kousseri, Maroua 1, Mokolo et au camp de Minawao, les partenaires ont effectué 6 345 visites à domicile de suivi d’enfants de moins de 5 ans. Les ASC et les membres des groupes de soutien aux activités de nutrition ont organisé 450 séances de démonstration/éducation nutritionnelle au cours desquelles ils ont administré de la Vitamine A à 981 enfants. Les partenaires ont mené une sensibilisation sur les bonnes pratiques d’ANJE dans le contexte de la COVID-19 auprès de 28 735 parents.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
secu alimentaire
FAO contribue à l'amélioration de la sécurité alimentaire du groupement de Zileng dans l'Extrême Nord à travers développement de l'aquaculture - Crédit: FAO/ Gaelle Mbaye

Sécurité alimentaire

La situation d’insécurité alimentaire de la région reste préoccupante. D’après l’analyse du cadre harmonisé de mars 2022, il ressort que 16% de la population globale de la région est en phase de crise et cela pourrait atteindre 21% si des actions correctives ne sont pas mises en place.

En réponse à cette situation, les partenaires ont mené des actions multiformes dans les départements du Mayo-Sava, du Mayo-Tsanaga et Logone et Chari touchant 1 977 ménages. Il s’est agi entres autres d’appui-conseil aux petits producteurs agricoles, suivi prophylactique des animaux distribués, sensibilisation des ménages sur les bonnes techniques de transformation et de stockage des produits de récoltes.

Deux commissions communales de préparation de réponse (CCPR) aux urgences ont été mises sur pied à Blangoua et à Makary dans le Logone et Chari impliquant 58 bénéficiaires qui ont également suivi un renforcement de capacités.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
Crédit: OCHA/Bibiane Mouangue
Amina a été enlevée par un groupe armé non étatique et mariée de force à un combattant lorsqu'elle avait 14 ans. Crédit: OCHA/Bibiane Mouangue

Protection

Depuis janvier 2021, les partenaires ont recensé 400 979 élèves sans actes de naissance, dont 35 671 devant passer le certificat d’études primaires (CEP). De plus, des besoins d’état-civil pour adultes (carte nationale d’identité et acte de naissance), la perte de documents d’identité et l’assistance aux retournés de la crise intercommunautaire du Logone-Birni sont les problématiques auxquelles les personnes vulnérables font face.

Les partenaires ont mené des sessions de sensibilisation sur la cohésion sociale dans les départements du Logone et Chari, Mayo-Sava et Mayo-Tsanaga touchés par le conflit armé auprès de 319 personnes (46 femmes et 39 garçons). En outre, 3 249 personnes (1 922 femmes) ont été sensibilisées sur l’importance de la documentation et la nécessité de déclarer les naissances, et 252 personnes (113 femmes) ont reçu des conseils et orientations pour l’accès aux droits à l’identité à travers les différentes procédures. Par ailleurs, 1 087 enfants retournés ayant besoin d’acte de naissance par jugement supplétif ont été identifiés.

Les partenaires ont apporté une assistance en abris et articles ménagers essentiels (AME), un soutien psychosocial et médical et établi un référencement en cash au profit de 66 personnes à besoin spécifique dans les départements du Mayo-Sava, Mayo-Tsanaga et Logone et Chari.

En outre, 36 enseignants, dont 12 femmes, ont été formés dans les districts de Pette, Bogo et Maroua sur le soutien psychosocial pour assurer une meilleure protection des apprenants dans les écoles, et assurer le premier secours psychosocial aux enfants dans le besoin.

Les partenaires ont procédé à un profilage des retournés et rapatriés spontanés dans 19 villages du Logone Birni. Au total, 7 113 personnes (1 332 femmes et 2 413 filles) ont été identifiées.

Logement, Terre et Proprieté (LTP)

Les partenaires ont identifié 71 cas relatifs aux droits LTP (47 femmes) et octroyé des conseils individualisés à 252 personnes et organisé 12 sessions d’information sur la sécurisation des transactions foncières avec 864 personnes (457 femmes) dans le Mayo-Sava, le Mayo-Tsanaga et le Logone et Chari. Par ailleurs, 48 femmes ont bénéficié de renforcement de capacités sur les droits aux LTP.

Les transactions foncières et de logement se font oralement, ce qui constitue un risque élevé d’évictions forcées. Par ailleurs, l’insuffisance d’acteurs humanitaires intervenant dans la réponse reste un défi.

Protection de l’enfance

Les partenaires ont apporté un soutien psychosocial à 596 personnes (310 filles) par le biais d'activités créatives, ludiques et culturelles dans des espaces sécurisés avec les communautés de Mayo-Tsanaga, Mayo-Sava et Logone et Chari. Dans le cadre du renforcement de la parentalité positive, 30 sessions de sensibilisations ont été organisées avec 7 658 personnes (1 209 filles et 3 162 femmes) sur la responsabilité parentale, le travail des enfants et ses conséquences, les violations des droits de l'enfant, l'importance des certificats de naissance et la manière de renforcer l'estime de soi de l'enfant pour lui permettre de s'épanouir et de s’autonomiser face aux difficultés. Les partenaires ont assisté 45 enfants non accompagnés et séparés (17 réfugiés et 28 PDI) nouvellement identifiés avec un soutien psychosocial et en biens non alimentaires. Des certificats de naissance ont été établis et remis aux parents de 139 enfants PDI (39 filles) et 39 réfugiés (20 filles) dans le Mayo-Sava et le Mayo-Tsanaga.

Le manque de ressources, l’absence de support de communication pour la sensibilisation sur le prévention de l’exploitation et des abus sexuels (PEAS), l’absence d’un programme de sensibilisation au risque lié aux engins explosifs, ainsi que la faible disponibilité de services de soutien psychosocial et de santé mentale demeurent des défis pour le secteur.

Violences Basées sur le Genre (VBG)

Pour assurer une prévention efficace des VBG, les partenaires ont sensibilisé 24 248 personnes (6 854 filles et 9 242 femmes) sur les VBG, les services disponibles et la santé sexuelle et reproductive. Près de 1 000 personnes (340 filles et 203 femmes) ont bénéficié de formation dans les établissements de santé sur les services sensibles au genre et adaptés aux jeunes. De plus, des femmes survivantes ont été formées au développement d’activités génératrices de revenus (AGR).

Près de 3 000 femmes et filles ont reçu des services multiformes (prise en charge psychosociale, référencement, etc.) dans les espaces sûrs dans le cadre des activités de réponse aux violences basées sur le genre.

Les partenaires ont distribué 316 kits de dignité aux femmes et filles et des kits d’hygiènes à 570 filles élèves de six lycées et collèges. Par ailleurs, 45 filles ayant réintégré le système scolaire ont reçu des uniformes scolaires et 154 parents ont bénéficié d’argent pour soutenir la scolarité de leurs filles, notamment pour le paiement des frais d’examen au Probatoire et au Baccalauréat.

Par ailleurs, 19 travailleurs humanitaires membres du sous-secteur VBG à Kousseri (11 hommes et 8 femmes) ont été formés sur les mécanismes de coordination VBG et la collecte éthique et sécurisée des données. Dans le but de renforcer l’accès des femmes et des filles aux services VBG et de santé sexuelle reproductive (SRH), des kits SRH, y compris les kits post viols ont été repositionnés dans sept formations sanitaires dans le Mayo-Sava, Mayo Tsanaga et Logone et Chari. 

Le renforcement des capacités des membres des secteurs et groupes de travail abris, EHA, relèvement précoce, cash sur la prise en compte des considérations liées à la lutte contre les VBG dans leurs différentes interventions reste un besoin important.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence

Abris/Articles ménagers essentiels (AME)

Les partenaires ont distribué 824 kits AME à 5 439 personnes déplacées à cause du conflit armé dans le Mayo-Sava, Mayo-Tsanaga et le Diamaré, et 200 tentes d’urgence à 944 réfugiés du camp de Minawao.

En réponse à la crise intercommunautaire du Logone Birni, 4 671 personnes déplacées ont reçu 618 kits AME à Bogo et Pette dans le Diamaré et à Darsala dans le Logone et Chari, 2 113 personnes ont reçu 416 abris d’urgence à Bogo, Ouro-Djougolé et Kourdaya dans le Diamaré, et 3 859 personnes retournées ont bénéficié de 665 kits AME à Logone Birni.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence

Eau, hygiène et assainissement (EHA)

La réponse des partenaires a ciblé prioritairement les besoins des PDI et des populations retournées dans les communes de Moskota, Mokolo, Waza, Logone Birni, Goulfey et Makary, dans les départements de Mayo-Tsanaga et Logone et Chari.

En réponse aux besoins identifiés lors des évaluations multisectorielles, les partenaires ont construit et réhabilité plus de 39 forages, et redynamisé des comités de gestion, facilitant ainsi l’accès à l’eau potable à 19 580 personnes. Les partenaires ont également construit 125 latrines d’urgence (2 852 bénéficiaires) et sensibilisé plus de 13 654 personnes sur les bonnes pratiques EHA. Cette sensibilisation était accompagnée d’une distribution des kits d’hygiène.

Des besoins importants restent à combler dans les localités de Tchakamari, Kousseri, Gance, Bogo, Maidakoure et Pette abritant les PDI et les retournés. Par ailleurs, le manque d’espace sur le site de PDI de Domayo (dans la ville de Maroua) rend difficile l’aménagement de nouvelles latrines, pour remplacer les anciennes qui se remplissent très rapidement. Cette situation laisse craindre un risque sanitaire en saison de pluies. La réponse aux besoins des retournés de Logone-Birni reste également faible en raison des capacités limitées des acteurs du secteur.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence

Relèvement précoce

Les partenaires ont formé et équipé 850 personnes, parmi lesquelles 432 femmes, dans les localités de Yeme, Djabiré, Kossa, Madjina, Tildé Logone, Afadé, Tildé Makary, Fotokolo, Zamay, Tourou, Mozogo et Moskota, en vue de leur permettre de mener des activités génératrices de revenus (AGR).

La dotation en matériel informatique et la mise en réseau du système de l’état civil dans huit communes pilotes (Communauté urbaine de Maroua, Maroua 1er, Maroua 2ème, Gazawa, Tokombéré, Mokolo, Kaélé, et Touloum) a amélioré la production, la fiabilité et la disponibilité des données statistiques, ainsi que la sécurisation en amont du document de base servant à l’établissement de la pièce.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence

CASH

Les partenaires ont apporté une assistance alimentaire inconditionnelle à 25 516 personnes déplacées (12 158 femmes) à travers les transferts monétaires pour couvrir leurs besoins alimentaires dans les départements du Diamaré, Logone et Chari, Mayo-Tsanaga et Mayo-Sava. Plus de 2 500 personnes ont reçu un appui pour la mise en place d’AGR agricoles dans le Logone et Chari et le Mayo-Tsanaga.

Par ailleurs, les partenaires ont fourni du cash multiusage à 4 183 personnes (2 061 femmes) dans le Logone et Chari. De plus, 71 membres des comités de ciblage (28 femmes) ont été sensibilisés sur le mécanisme de retour d’information ou de plaintes dans le Mayo-Tsanaga et le Logone et Chari.

Les malentendus avec des autorités locales autour des l’assistance basée sur le cash demeurent très fréquents, particulièrement dans le Logone et Chari. Cette situation souligne le besoin de renforcer la sensibilisation des autorités et de la communauté en générale sur cette modalité.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Coordination

Gestion et coordination des sites de déplacement (CCCM)

Les partenaires ont procédé à la relocalisation de 1 400 PDI de leurs abris de fortune vers 300 abris d’urgence sur le site de Bogo Ardjaniré dans le Mayo Danay. Dans ce cadre, 60 leaders communautaires (25 femmes) ont été formés sur la participation communautaire et sensibilisés sur l’assainissement du site, le vivre ensemble et le drainage autour des abris d’urgence.

La rupture en stock des vivres dans le cadre de l’assistance aux PDI issues de la crise Logone Birni, l’insuffisance des médicaments dans les postes de santé pour la prise en charge médicale et d’infrastructure EHA dans les sites de PDI, la surpopulation du site de Domayo dans la ville de Maroua sont les principaux besoins recensés par les partenaires.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Coordination

Coordination humanitaire

OCHA poursuit le plaidoyer pour l’accès humanitaires auprès des autorités administratives et sécuritaires de la région.

Le 7 mars 2022 OCHA a facilité l’organisation d’un briefing à l’intention des bailleurs de fonds établis au Cameroun sur la réponse à la crise humanitaire liée au dernier conflit intercommunautaire à Logone Birni. La rencontre qui s’est tenue à Yaoundé avait pour objectif de mobiliser davantage de ressources pour la réponse.

La note de plaidoyer est disponible en ligne sur : https://www.humanitarianresponse.info/fr/operations/cameroon/document/cameroun-extr%C3%AAme-nord-note-de-plaidoyer-pour-la-r%C3%A9ponse-humanitaire-%C3%A0-0

et Relief Web : https://reliefweb.int/report/cameroon/cameroun-extr-me-nord-note-de-plaidoyer-pour-la-r-ponse-humanitaire-la-crise-0

URL:

Téléchargé le: